.
 
             
 
 
 

TOXICITE & EFFETS SECONDAIRES

Le danger de l'argent colloidal

 



1. Études toxicologiques


II faut noter que jusqu'ici aucune étude clinique à long terme n'a été effectuée en ce qui concerne la sûreté ou l'efficacité de l'argent colloïdal, mais il faut bien souligner que jamais le moindre cas de toxicité n'a été rapporté en ce qui concerne l'argent ectrocolloïdal pur (c'est-à-dire ne contenant ni sels d'argent, ni additifs ou stabilisants d'aucune sorte). Comme les produits dépassant 15 ppm, car ils doivent souvent mettre un additifs, sels d'argent, ou stabilisant pour empêcher que les colloïdes ou les ions se précipitent entre eux et contre le verre ou le plastique de la bouteille.

Les produits en vente sur internet ou dans les magasins bio ne devraient jamais dépasser 15 ppm pour pouvoir garder une taille exceptionnellement petite, pour des résultats exceptionnelles.
Plus vous monté en ppm plus les particules s’agglutines entre elle (les produits sans sels d'argent, ni additifs ou stabilisants d'aucune sorte) plus les effets sont diminués voir même que des effets placébos.


Ceci peut s'expliquer par les faibles concentrations normalement utilisées entre 5 ppm et 15 ppm comme le fait le laboratoire-suisse.net avec leurs 20 ans d'expérience sur l'utilisation de ces produits. (ce qui signifie qu'une très faible quantité d'argent est absorbée) et par la taille incroyablement petite des particules d'argent contenues dans ces produits (Ce qui signifie que le surplus d'argent est facilement éliminé par l'organisme et ne s'y accumule pas), nous n'avons aucun recul sur les produits qui sont entre 20 ppm et 100 ppm, voir la page: http://argent-colloidal.org/au-dessus-de-15-ppm-danger/

Toutes les études et données toxicologiques utilisées par les organismes officiels se rapportent à des sels ou à des composés d'argent. On ne peut pas extrapoler ces données à l'argent électrocolloïdal de haute qualité tel qu'on en trouve aujourd'hui, car il n'a aucun rapport avec ces produits. Cependant, à titre indicatif, nous allons citer quelques-unes de ces études.


Dose de référence


L'EPA*1 a établi pour l'argent une dose orale de référence et une dose orale critique.

- La dose orale de référence (DRf) est une estimation de l'exposition limite quotidienne pendant toute la durée de la vie humaine (70 ans). Exposition limite veut dire sans risque appréciable d'effets nocifs.

La DRf a été fixée à 5 mcg par kilo corporel et par jour, soit 350 mcg pour un adulte de 70 kg ; ce qui correspondrait à l'ingestion quotidienne pendant 70 ans de 35 ml, soit 7 cuillerées à café, d'argent colloïdal à 10 ppm.

- La dose orale critique est la quantité journalière à ne pas dépasser. Elle a été estiméeà 15 meg/kg, soit 1.05 mg pour un adulte de 70 kg ; ceci correspondrait à 105 ml, soit 7 cuillerées à soupe, d'une solution d'argent colloïdal à 10 ppm.

Dose létale
Lors d'une expérience réalisée en 1931, les Dr Shouse et Whipple*2 ont injecté 500 mg de Collargol (un composé contenant 87 % d'argent et 13 % de protéines) à un chien pesant 23 kg (soit près de 19 mg d'argent par kilo). L'animal est mort douze heures plus tard. Sa mort fut attribuée à une congestion pulmonaire et de l'oedème.

Pour un homme de 70 kg ceci équivaut à 1,324 g d'argent (soit 132,4 litres d'une solution d'argent colloïdal à 10 ppm !!). Ces médecins ont aussi noté que des doses de 200 à 300 mg de collargol (soit l'équivalent de 53 à 80 litres d'argent colloïdal à 10 ppm !) étaient bien tolérées.

Nous sommes évidemment assez loin des quelques cuillerées à soupe "autorisées" par l'EPA !
Sulfadiazine argentique M.S. Wysor3 administra à des souris des doses élevées de sulfadiazine argentique (30 % d'argent) chaque jour pendant un mois. Il rapporte :

Des doses de 1,05 mg/kg administrées par voie orale et sous-cutanée se sont avérées non toxiques... Aucun animal n'est mort dans les deux groupes expérimentaux au cours du mois que dura l'expérience. À la fin de cette période, tous les animaux furent sacrifiés... Les études histologiques ont montré l'absence de pathologie évidente dans les deux groupes ayant reçu le sulfadiazine argentique. Il n'y a eu aucune perte de poids, aucun signe de changements dans le comportement. Aucun animal n 'a eu de diarrhée.

Pour un homme de 70 kg, cette quantité correspondrait à 73,5 mg de sulfadiazine argentique, soit 22 mg d'argent, ce qui équivaudrait à l'argent contenu dans 2,2 litres d'argent colloïdal à 10 ppm (par jour pendant un mois !!).

Manifestement, ce que toutes ces expériences tendent à montrer, c'est que la quantité d'argent colloïdal ingéré pour usage thérapeutique ne risque guère d'atteindre les chiffres avancés pour la toxicité. Et puis insistons encore une fois sur ce point, les produits utilisés dans ces expériences ne peuvent de toutes façons se comparer à ceux dont nous parlons ici.

Argent et cancer
Les actes de la Conférence sur le rôle des métaux dans la carcinogenèse (1981) indiquent que l'argent n'est pas un métal suspect en ce qui concerne la formation de cancer. D'autres études ont montré que ni le nitrate d'argent ni le chlorure d'argent n'étaient mutagéniques. Des études sur des rats (injections mensuelles de poudre d'argent métallique en suspension) ont conclu que cette pratique n'engendrait pas de cancer. (Nous avons signalé plus haut qu'en fait il semblait capable de faire régresser les
tumeurs)

Test d'une solution électrocolloïdale de haute qualité Nous disposons tout de même d'au moins un essai toxicologique se rapportant à l'argent colloïdal tel qu'il est utilisé aujourd'hui. Afin de s'assurer de l'innocuité de son produit, l'entreprise American Biotech Labs a demandé à un laboratoire indépendant d'effectuer une étude toxicologique de son produit ASAP Solution® à 22 ppm. Cette solution fut administrée à des rats à raison de 5 g/kg. Le laboratoire résume ainsi les résultats :

Dans les conditions de cette étude, on n 'a observé chez les rats ni décès ni signeé vident de toxicité. Le produit testé (ASAP Solution®) ne sera pas considéré toxique à la dose de 5 g/kg par voie orale chez le rat. Cette dose correspondrait chez un homme de 70 kg à 350 g, soit 350 ml de solution ; c'est-à-dire à 770 ml d'une solution à 10 ppm (plus de trois quarts de litre).


2. Effets secondaires


L'argyrie est l'effet secondaire le plus souvent cité dans la littérature médicale à propos de l'argent. Elle résulte d'une ingestion massive et prolongée d'argent métallique, d'oxyde d'argent ou de sels d'argent (nitrates, sulfates) et se caractérise par une décoloration permanente de la peau. Celle-ci prend une teinte gris-bleu due à l'oxydation de particules d'argent déposées sous la peau, en particulier après exposition de la peau au soleil. L'argyrie n'est pas douloureuse et n'a pas d'autres conséquences que ce désagrément esthétique. Les utilisateurs d'argent électrocolloïdal pur ne sont pas concernés par cette affection, car ici encore toutes les études et données concernant l'argyrie (que nous ne citerons pas) se réfèrent à des sels ou à des composés d'argent. Aucun cas d'argyrie n'a jamais été rapporté en ce qui concerne l'argent électrocolloïdal isolé et pur.

argyrie et argent colloidal

Voici d'ailleurs ce que dit Alexander Schauss*4 à propos de l'argyrie : ... Vous devez noter que nous avons achevé récemment une étude extrêmement complète de la littérature scientifique concernant la sûreté de l'argent, en particulier sur le problème de l'argyrie, son unique effet secondaire potentiel. La quantité d'argent estimée pour déclencher l'argyrie est de 3,8 g par jour...*5

La plupart des cas d'argyrie rapportés dans la littérature médicale des cent dernières années concernaient une utilisation intraveineuse ou intramusculaire chronique de préparations qui la plupart du temps contenaient du nitrate d'argent. D'autres cas concernent l'application depréparations d'argent pendant de nombreux mois ou de nombreuses années pour le traitement de l'oeil ou du vagin. Nous n'avons pas trouvé un seul cas où l'absorption orale d'argent colloïdal fabriqué au cours des vingt-cinq dernières années aurait provoqué de l'argyrie...

Quant à l'efficacité des préparations à base d'argent, nous avons trouvé dans la littérature scientifique des soixante-quinze dernières années une quantité considérable de documents montrant qu'un grand nombre de composés d'argent peuvent être des agents germicides (antiseptiques) efficaces contre des centaines d'organismes pathogènes. Toutefois, l'argent n'est pas qualifié d'antibiotique... parce que, par définition, un antibiotique est obtenu à partir d'un organisme vivant.

Réaction de détoxication


Cette réaction est celle du système immunitaire face à la Iibération de toxines chimiques produites par les parois cellulaires des bactéries qui meurent sous l'effet d'un traitement efficace. Elle se caractérise par divers symptômes : nausée, diarrhée, mal de gorge, mal de tête, etc. L'intensité de cette réaction est fonction des dosages utilisés. Elle diminue à mesure que le traitement progresse.

Les réactions de détoxication se produisent rarement chez les utilisateurs d'argenté lectrocolloïdal pur pris par voie orale. Si toutefois quelque réaction se produit, on peut réduire ou même arrêter provisoirement l'ingestion d'argent colloïdal pour laisser à l'organisme le temps d'éliminer les toxines. On peut d'ailleurs l'aider dans cette tâche, par exemple en buvant abondamment.

Effet sur la flore intestinale


Si les particules d'argent sont suffisamment petites (moins de 15 nanomètres), l'argent colloïdal passe dans la circulation par l'intermédiaire des parois stomacales et n'atteint pas les intestins. Si la solution est conservée dans la bouche pendant une ou deux minutes, il se produit une absorption sublinguale et l'argent colloïdal passe directement dans la circulation, là encore avant d'avoir pu atteindre les intestins. En outre, il apparaît que l'argent colloïdal ne peut agir sur des bactéries présentes dans un gel ou une matrice solide, comme c'est le cas dans les intestins. Ainsi, à moins d'être administré en lavement (ou ingéré avec une grande quantité d'eau), il semble donc improbable que l'argent colloïdal puisse atteindre et donc perturber la flore intestinale. Il semblerait même, si l'on en croit le biologiste David Beebe, que l'argent colloïdal n'a tout bonnement aucun effet sur les "bonnes" bactéries de la flore intestinale : Il m'est arrivé d'absorber en une fois un litre [d'argent colloïdal], ce qui représente une dose extrêmement élevée, et je n 'ai constaté aucun effet perceptible sur mon système digestif. Notre association a effectué des études in vitro de produits probiotiques contenant huit des souches bactériennes principales et l'argent colloïdal n'a eu aucun effet sur elles.

Enquête sur les utilisateurs d'argent colloïdal
Deux cent quatorze utilisateurs ont répondu à une enquête organisée par Roger Altmanà propos des effets secondaires qu'ils auraient pu observer suite à l'absorption d'argent colloïdal.

Les résultats furent les suivants :
- 205 utilisateurs (95,8 %) disent n'avoir observé aucun effet secondaire.
- 1 utilisateur a signalé des gaz intestinaux.
- 3 utilisateurs ont signalé une légère diarrhée.
- 2 utilisateurs ont signalé des réactions de détoxication.
- 2 utilisateurs ont signalé des problèmes digestifs.
- 1 utilisateur a signalé un problème d'adsorption du calcium.

Ces neuf utilisateurs (4,2 %) on trouvé des solutions à leurs problèmes. Ces deux cent quatorze personnes utilisaient, en moyenne, l'argent colloïdal depuis 2,2 ans.



3. Expériences individuelles

 

- Patrick Schifferling, Naturopathe - Heilpraktiker Suisse, j'ai personnellement ingéré depuis plus 20 ans environ 2500 litres d'argent colloïdal à 15 ppm des laboratoires de www.notre-sante.ch. Je n'ai jamais eu le moindre effet secondaire, et les analyses de sangs et de cheveux non jamais révélées d'anomalies, la preuve que l'ingestion d'argent colloïdal préparé correctement ne ne dépassant pas les 15 ppm ne conduit pas à l'accumulation d'argent dans le corps ! L'argent colloïdal à 40 ppm ce n'est pas sûr ! A suivre car nous n'avons pas assez de recul !

- David Beebe rapporte son expérience : J'ai personnellement ingéré 28 litres [d'argent colloïdal] à 30 ppm et 4 litres environ à 150 ppm au cours de l'année écoulée sans aucun effet secondaire. J'ai fait faire des analyses de sang qui n'ont révélé aucune accumulation de métaux. Un mois plus tard, j'ai fait un examen complet des yeux. Selon mon ophtalmologiste, si de l'argent s'était accumulé dans mon organisme, il y aurait eu des dépôts visibles sur les rétines. Il m'a dit que mes deux yeux étaient parfaitement normaux. Fin 1997, j'ai fait une analyse de cheveux et on a trouvé des niveaux élevés d'argent, ce qui indiquait que l'argent sortait de l'organisme par les voies normales. Les quantités mentionnées correspondraient à une consommation moyenne de 395 ml par jour d'une solution à 10 ppm, pendant un an.

- Roger Altman (docteur en Sciences de l'ingénieur) a publié en 1999 les résultats d'une expérience effectuée sur lui-même en vue de déterminer le temps qu'il fallait à l'organisme pouré liminer l'argent. Voici ses conclusions : L'ingestion d'argent colloïdal préparé correctement ne conduit pas à l'accumulation d'argent dans le corps. Rien ne permet de dire que l'argent se dépose en quantité significative dans les cheveux et les ongles ; en fait, les données suggèrent qu'après l'absorption de 2 mg d'argent colloïdal par jour pendant plusieurs mois, l'argent sembleê tre éliminé de l'organisme (principalement dans l'urine) pratiquement au même rythme auquel on le consomme. En outre, quand on cesse l'ingestion d'argent colloïdal, il apparaît que jusqu'à la moitié de l'argent demeurant dans les tissus sera éliminé (dans l'urine et les selles, mais de plus en plus dans les selles à mesure que le temps augmente) en moins d'un mois. Ce temps relativement court peut encore être réduit de manière importante si l'on consomme chaque jour plusieurs litres d'eau. Bien sûr une étude comme celle-ci, basée sur le métabolisme et le taux d'excrétion d'un seul individu, n'a qu'une valeur purement indicative, ces facteurs étant éminemment variables.

En cas d'ingestion de doses supérieures à 2 mg (soit 200 ml d'une solution à 10 ppm) sur de longues périodes, il est bon d'aider les mécanismes naturels d'élimination au moyen d'une hydratation adéquate de l'organisme. Une supplémentation en sélénium, vitamine E et soufre peut également devenir nécessaire. Il serait également prudent de mesurer le niveau d'accumulation de l'argent dans le corps tous les six mois.

* * *

Terminons par une petite anecdote édifiante quant à la toxicité des colloïdes en général : « Sous forme colloïdale l'iode, par exemple, est l'un des éléments essentiels à la bonne santé des cellules humaines. Mais si l'on devait boire une dose de 100 ou
200 mg d'iode libre, cela serait mortel. » Le Dr Frederick Macy [l'un des meilleurs bactériologistes des États-Unis], qui était en train de donner cette explication, tenait une tasse de 250 ml remplie d'iode colloïdal. « Il y a là, dit-il, l'équivalent de 48 g d'iode libre, une quantité suffisante pour tuer 300 hommes. » À ce moment, il avala le contenu de la tasse. Sous cette forme l'iode est non seulement inoffensive, mais bénéfique. Il en va de même pour l'arsenic et d'autres poisons mortels.*6 Nul doute que l'auteur aurait pu, a fortiori, mentionner l'argent !
____________
1 Environmental and Protection Agency [Agence américaine pour la protection de l'environnement].

2 Shouse, Samuel S. et Whipple, George H. : Effects of the Intravenous Injection of Colloidal Silver upon the Hemapoetic System in Dogs [Effets de l'argent colloïdal en injections intraveineuses sur le système hémapoétique des chiens], Journal of Experimental Médecine, 53, pp. 413-419, 1931.

3 M.S. Wysor, Orally-Administred Silver Sulfadiazine: Chemotherapy and Toxicology in CF-1 Mice.... Chemotherapy (21), pp. 302-310, 1975. Inc, New York, 1988.

4 Directeur de la Division des Sciences de la vie, Université John Hopkins ; membre émérite de l'Académie des Sciences de New York.

5 Soit la quantité contenue dans 380 litres d'une solution d'argent colloïdal à 10 ppm !

6 Kenneth Andrews, Chemistry's Miraculous Colloids [Les miraculeux colloïdes chimiques), condensé du Rockfeller Center Weekly, Reader's Digest, mars 1936.

argent colloidal danger ?

 



 
 

 

Info@Argent-Colloidal.Info